Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un blog de bordeaux.fr

Quand le textile innove ! Compte-rendu de la rencontre

Dans le cadre de son exposition J’ai rien à m’mettre !? De la fast-fashion à la mode responsable, la Maison écocitoyenne a récemment organisé une rencontre autour de l’innovation dans le textile. Au programme une sélection de portraits vidéo de 2 minutes issus de la communauté des pionniers Shamengo. Des vidéos réalisées par l’équipe de Catherine Berthillier, porteuse du projet de Villa Shamengo à Bordeaux. Et en écho à ces pionniers du monde entier, le témoignage de créateurs et entrepreneurs locaux qui ont fait de l’innovation dans le textile leur cheval de bataille !


TEINTURES NATURELLES

1er portrait : Aurélia Wolff 
Consciente des conséquences néfastes des teintures chimiques sur l’environnement, Aurélia décide de se lancer dans la fabrication de vêtements à base de teintures naturelles… sauf qu’aucune machine n’existait sur le marché pour des petites séries. Qu’à cela ne tienne, cette machine existe aujourd’hui grâce à Aurélia ! 

aurelia_wolff_shamengo.PNG



A la suite de cette vidéo, Elise Allard, toute jeune créatrice de la marque Dye another day, a présenté quelques-unes de ses expérimentations autour de la teinture naturelle. Peaux d’avocats, galle de chêne et même soupe de clous n’ont plus de secrets pour elle ! 

Elise sera présente de nouveau à la Maison écocitoyenne pour des ateliers découverte à vivre en famille (détails dans notre programme mensuel).

ECONOMIE CIRCULAIRE

2ème portrait : Mariouche Gagné 
Il y a suffisamment de fourrures qui dorment dans nos placards pour ne pas avoir besoin de tuer des bêtes pour fabriquer des vêtements. C’est pour cela que Mariouche dessine des collections en fourrure recyclée. Furieusement tendance.

Le mieux serait encore d’arrêter totalement la fabrication de vêtements avec de la fourrure. C’est ce que souhaite pour sa part Marie Viard, jeune créatrice de la marque de chaussures véganes Minuit sur Terre. Végane signifie qu’aucun des matériaux choisis n’est issu de l’exploitation d’animaux (cuir, fourrure). La jeune femme privilégie également l’éco-responsabilité en boudant le plus possible les produits issus de la pétrochimie. Les chaussures sont fabriquées au Portugal dans des ateliers où les conditions de fabrication sont décentes et les ouvriers respectés.

mariouche-gagne-shamengo.PNG

 

BIO-COUTURE

3ème portrait : Suzanne Lee 
On a l’impression de nager en pleine science fiction. Pourtant l’imagination débordante de Suzanne lui a permis d’inventer la bio-couture avec des textiles issus de la culture de bactéries. Un pas vers la mode de demain ?

suzanne-lee-shamengo.PNG

Puis Eugénie da Rocha emboîte le pas. Fondatrice et directrice de l’association Sew & Laine, elle expérimente chaque jour de nouveaux usages dans le textile. Sa connaissance du secteur dévoile des pistes autour de l’innovation, notamment le livre de Florence Bost et Guillermo Crosetto « Textiles, innovations et matières actives » ou encore la marque Loom et sa chemise intachable. Mais l’actualité « innovation » de Sew & Laine c’est l’ouverture imminente de la Textilerie à Bègles (septembre 2017) avec 3 pôles :

* TEXTILELAB : espace de coworking + fablab textile
* TEXTILEPROJET : des projets d'actions socio-culturelles et innovants au service de l'intérêt général
* TEXTILESHOP : une marque et des produits ancrés dans l'écoresponsabilité et l'innovation

La structure s’inscrit dans le champ de l’économie sociale et solidaire et agit prioritairement sur le territoire de la Nouvelle Aquitaine. Cliquer ici pour en savoir plus.

Nous avons ensuite évoqué le coton conventionnel qui sous ses airs de « fibre naturelle » est une véritable catastrophe écologique à cause de l’utilisation massive de pesticides (25% des pesticides mondiaux pour 2,5% des surfaces agricoles cultivées), de besoins très importants en eau, OGM…

La solution se trouverait-elle dans le lotus ? C’est en tout cas ce que cherche à prouver le 4ème pionnier Shamengo que nous avons mis en valeur.


NOUVELLES FIBRES NATURELLES

4ème portrait : Awen Delaval. 
Un Français installé au Cambodge découvre par hasard que les tiges des fleurs de lotus contiennent des fils qui ressemblent à de la soie. Il n’en faut pas plus pour lui donner envie de se lancer dans la production de soie végétale. De la beauté à l’état brut.

Aucun de nos invités ne connaissait la fibre de lotus. La communauté des pionniers Shamengo est décidément à la pointe de l’innovation !

Nous sommes ensuite « restés » au Cambodge pour parler d’upcycling (ou surcyclage) avec le
5ème portrait : Nina Raeber 
Les Cambodgiens ont le souci du graphisme même pour décorer de vulgaires sacs de nourriture pour poissons. La styliste s’en est inspiré pour transformer ces sacs usagés. Le résultat est exotique et socialement exemplaire : ce travail permet à des femmes de sortir des griffes de proxénètes.

nina-raeber-shamengo.PNG

A Bordeaux, plusieurs experts travaillent sur le sujet. Charles Burke a présenté la marque qu’il a créée, FANTOME, en travaillant une matière solide, presque inusable : la chambre à air de vélo. Aujourd’hui, l’entreprise familiale propose un catalogue d’accessoires (trousses, sacs à main, sacs de voyage) des plus esthétiques et pratiques ! 

Puis Mylène L’Orguilloux nous a raconté son parcours vers une industrie textile zéro déchet après une première expérience où elle a été confrontée au gaspillage dans la fabrication de vêtements. Voici son credo publié sur son site internet

Modéliste textile, j’explore et j’expérimente à travers la conception « Zero Waste » de nouvelles formes de vêtements visant la réduction partielle voire totale des déchets habituellement produits à la découpe industrielle du tissu. Lors du design d'un nouveau vêtement, j'étudie l’imbrication des futurs éléments du patronnage sur le tissu et considère la « contrainte » dimensionnelle de la matière première comme une source de créativité.
Proposer en toute transparence des produits Zero Waste Made in Bordeaux, issus d'une fabrication artisanale n’est qu’une parade à mon objectif premier, celui d’initier le changement dans le monde ultra-traditionnel et statique de la conception textile. MILAN AV-JC c'est la matérialisation d'un cheminement professionnel & personnel au cours duquel se sont progressivement coordonnées plusieurs actions:

Observer - Questionner - Modifier - Tester - Valider - Proposer - Partager

De nature militante, je m'engage également dans la lutte contre toutes les dérives éthiques & écologiques causées par l'industrie textile. Et plus particulièrement ce phénomène que nous alimentons tous quotidiennement par nos achats : la "Fast Fashion".
Notre pouvoir de consommateur n'est autre qu'un pouvoir politique. Ne le sous-estimons pas !

Mylène illustre son propos avec un sac sans couture réalisé grâce à la découpe laser du Fab Lab de Cap Sciences. Un sac facile à faire avec un peu de patience ! 

La qualité des débats a été récompensée par celle des échanges avec un public curieux venu nombreux.

 

Écrit par Camille Choplin Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 

Renseignements : par téléphone au 05 24 57 65 20, ou par courriel | Mentions légales