Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un blog de bordeaux.fr

07/11/2016

Faites des économies d'énergie, d'eau... et d'argent !

faep_2016.jpgFaire des économies, ça vous tente ? Economies d’eau, d’énergie… et d’argent sont au programme du Défi des Familles à énergie positive !

Déjà la 5ème édition de ce défi ludique et terriblement efficace sur la métropole bordelaise ! Chaque année, les participants font le pari de baisser leurs consommations d’au moins 8%. Sans travaux, sans équipement supplémentaire mais avec beaucoup de bon sens et d’astuces…

Afin d’aider les participants à réussir leur pari, un guide de 100 écogestes faciles à reproduire leur est donné ainsi que la possibilité d’utiliser des outils ludiques comme un wattmètre pour mesurer la consommation de leurs appareils ou une caméra thermique pour vérifier les éventuelles pertes de chaleur dans leur logement...

Et ça marche ! Lors de l’édition précédente, l’ensemble des participants a économisé en moyenne 10 % d’énergie et 20 % d’eau, ce qui représente une économie financière d’environ 200 €. Les économies d’énergie réalisées s’élèvent à 26 tonnes de CO2, l’équivalent des émissions d’une voiture qui aurait parcouru sept fois le tour de la terre. Par ailleurs, 1 350 m³ d’eau ont été économisés, soit le volume nécessaire pour remplir près de 8 500 baignoires.

Pendant toute la durée de la période, des réunions d’information (facultatives) avec des experts à la Maison écocitoyenne donnent les astuces indispensables pour mieux gérer sa consommation d’eau et d’énergie.

Que vous viviez seul, en couple, en colocation ou en famille... ou que vous souhaitiez monter une équipe avec vos collègues pour représenter votre entreprise… Tout est possible pour se motiver et faire de belles économies !

Alors… prêt à relever le Défi ? Inscrivez-vous avant le 15 novembre !

INFOS PRATIQUES

Dates du défi : 1er décembre 2016 – 30 avril 2017

Inscriptions sur http://www.familles-a-energie-positive.fr/concours/inscri...

Clôture des inscriptions : 15 novembre

Plus d’infos au 05 24 57 65 23 ou faep@mairie-bordeaux.fr

Enregistrer

25/10/2016

Protection des abeilles : je passe à l’action !

abeilles.jpgLe cycle de rencontres La Vie Api ! continue avec une nouvelle rencontre axée sur la "pratique".

Vous souhaitez contribuer à la protection des abeilles et pollinisateurs mais ne savez pas comment faire ? Plusieurs experts viennent partager leurs expériences :

- Didier Destabeaux, apiculteur amateur ayant construit une ruche horizontale dans son jardin à Bordeaux. Il racontera la démarche naturelle et bienveillante qui lui a permis d'y accueillir un essaim d’abeilles ;

 - Laurent Cazalet de l'association Les Abeilles de Leyre. Apiculteur amateur basé sur le Bassin d'Arcachon, il propose des formations à destination des apiculteurs amateurs et la mise en place d’un réseau d’échanges de pratiques.

- Ces échanges seront animés par Guy de Saint Albin, l'apiculteur préféré de la Maison écocitoyenne, qui témoignera de sa propre expérience.

Nous ferons également un point sur le projet collectif de gestion de Ruches à Eysines (dans le cadre du projet apicole de Bordeaux métropole) avec en objectif la mutualisation de matériel apicole et d’échanges de pratiques.

Venez nombreux apprendre, échanger et passer à l'action pour la biodiversité !

Jeudi 27 octobre à 18h30.
Entrée libre, sans inscription.

17/10/2016

Enquête sur les sons de la métropole bordelaise

Quels sont les sons caractéristiques de notre territoire ?
Quels sont ceux qui vous sont les plus familiers ?
Ceux que vous préférez ou détestez ?

Jusqu’au 30 novembre, participez au questionnaire du Conseil de développement durable de Bordeaux Métropole (C2D) et partagez-le afin de recueillir le plus d’expériences possible ! Grâce à vous, l’identité sonore du territoire métropolitain émergera et des actions publiques et citoyennes pourront voir le jour.

Cliquez ici pour remplir le questionnaire.

 

26/09/2016

La péniche Le Tourmente fait escale à Bordeaux

le tourmente.jpgLa péniche Tourmente qui promeut le transport fluvial fera escale pour la quatrième année à Bordeaux, du vendredi 30 septembre au dimanche 2 octobre, au ponton d'honneur à côté de la Maison écocitoyenne.

Vous pourrez visiter la péniche en accès libre entre 10h et 19h et y découvrir l'exposition "Rupture de Charge" sur le fret et les mariniers du Midi. Des animations sont également prévues à quai.

A cette occasion, la Maison écocitoyenne projettera un film retraçant son épopée sur le canal des deux mers. Ce dernier n’avait plus vu de transport de marchandises depuis 1989 pour le canal du Midi, et depuis 2001 pour le canal de Garonne, hormis le trafic généré par le transport des pièces de l’Airbus entre Bordeaux et Langon sur la Garonne, et un voyage annuel effectué vers Paris sous forme associative.

C’est pourquoi, après plusieurs sollicitations pour le transport d’un colis lourd (transport exceptionnel), et dans le doute concernant les données précises sur l’état du canal aujourd’hui, la péniche Le Tourmente a réalisé un voyage test avec un chargement équivalent en poids et en volume aux colis susceptibles d’être transportés entre Bordeaux et Sète. Ce voyage a été voulu et soutenu par l’Équipage, VNF, EDF, la région Aquitaine et un opérateur de transport intéressé par ce nouveau marché.

Cette épopée fut un succès, car, malgré les quelques endroits où elle a rencontré des difficultés du fait d’un canal envasé, la péniche a pu passer avec 136 tonnes de lest et 1,50 m de tirant d’eau.

La diffusion du film sera l’occasion d’échanger sur le rôle de cette voie d’eau pour le transport des marchandises, une alternative écologique à la route.

136 tonnes d'histoire, 52 minutes.
Vendredi 30 septembre à 17h.
Samedi 1er octobre à 16h30.
Entrée libre

 

07/09/2016

Nouvelle exposition temporaire à la Maison écocitoyenne

Du 8 au 25 septembre, la Maison écocitoyenne expose les œuvres de Monica Saint Martin dans le cadre du projet Fluxus Organico. Une réflexion sur l’Argentine, la biodiversité, les OGM… et les flux !

 

Fluxus Organico est le fruit de la rencontre entre les artistes Grofakir (Dunkerque)  et Laurent Chiffoleau (Bordeaux). En décembre 2015 ils réalisent un voyage artistique en Argentine : une boucle de 4 000 kilomètres dans l'objectif final d'assurer la création de véritables « routes culturelles autonomes ». Le projet vise à s'intéresser aux ports comme "plaques tournantes de l'invisible". 

 

PH 14 Cargos la face cachet du fret.jpg

 

Le deuxième jour de leur voyage, ils rencontrent Monica Saint Martin, artiste argentine qui trouve la source de son œuvre dans l'observation de l'influence des saisons et du temps sur l'espace qu'elle étudie, en donnant une visibilité à un paysage qu'elle ressent au plus profond d'elle-même.

Elle leur raconte alors son histoire. Dans la région de Buenos Aires, sur un territoire grand comme la France littéralement « colonisé » par le maïs OGM, Monica a clôturé une parcelle dans un champ de son mari agriculteur. Sur les 10.000 hectares transgéniques, 10m² sont protégés. Et depuis une dizaine d’années, elle collecte chaque jour ce qui se pose dans cette parcelle vierge de tout OGM.

Et l’on y trouve de tout : des fleurs sauvages, des œufs d’espèces non endémiques ou bien encore les squelettes de tatous qui viennent s’y réfugier pour mourir dans un endroit non contaminé…

Monica Saint Martin  8 septembre.jpg

 

Exposition des œuvres de Monica Saint Martin

Ses œuvres dévoilent toute la matière collectée dans cette parcelle préservée. L’artiste prend en photo les objets puis découpe, peint, dessine, colle puis prend à nouveau en photo ses œuvres pour les imprimer. Ce qui pourrait ressembler à un montage numérique est bien un collage entièrement réalisé à la main. Monica Saint Martin souhaite ainsi interpeller le spectateur sur les problématiques des flux et de l'écologie tout en le sensibilisant sur la source même de son art. Un retour à l'expression personnelle... Un art contemporain loin des marchés et des galeries qui s'approprie paradoxalement les grandes questions contemporaines.

 

Les dix œuvres exposées sur les murs de la Maison écocitoyenne évoquent la mutation, à travers une lecture chronologique mêlant ainsi l'Histoire, la géographie, l'art et les sciences. Cette mutation se traduit aussi bien par l'utilisation des couleurs qu'elles soient chaudes ou froides, pour signifier les saisons, mais aussi les éléments précis de graphiques des données pluviales ou de températures.

 

La mutation aborde aussi poétiquement le cœur même de la situation économique de l'Argentine, avec l'évolution d'un territoire façonné par une agriculture historiquement bovine, devenue le bastion de Monsanto et les OGM (avec des conséquences sur la santé de la population qui commence à se faire sentir). Ce qui touche ainsi à la chronologie même de l'existence de Monica, ressentant sa propre terre, se définissant grâce à la définition de sa région. Elle apporte ainsi une vision à la fois humaine et scientifique, rendant compréhensibles les problématiques écologiques et de développement durable.

 

Cette exposition à voir jusqu’au 24 septembre fait partie du projet Fluxus organico avec une programmation dense à découvrir jusqu’au 7 octobre 2016 à Bordeaux. Projections, débats, happenings, conférence sur le droit des mers, performances artistiques…

 patagonie.jpg

 

Projection du court-métrage Patagonie LOOP 2016 à la Maison écocitoyenne

Né et résidant à Santiago du Chili, Benjamin Ansaldo travaille essentiellement dans l'hémisphère Sud de la planète (Nouvelle-Zélande, Thailande, Afrique du Sud, etc.). Il est auteur-producteur de courts-métrages et documentaires. Son travail consiste à créer des bibliothèques de base audiovisuelle de ses voyages à travers le monde. De retour chez lui, au pied des montagnes de la Cordillère des Andes, il passe ses longues nuits d'hiver à monter ses documentaires, dans lesquelles il nous montre une nature sauvage et inviolable pour mettre en contraste le développement humain dans des contrées et frontières de territoires où l'action humaine et le développement changent la thématique de ses travaux audiovisuels.

Pour Fluxus Organico, l'artiste nous présentera une vidéo sur la Patagonie sauvage. Contrées sauvages, derniers territoires de la planète où l'homme n'a pas mis les pieds. Des paysages enneigés de l'Amérique du Sud, une nature dans laquelle l'homme n'a pas laissé de traces.

L’ensemble de la programmation de Fluxus Organico à Bordeaux est à découvrir en suivant ce lien.

 

 

Renseignements : par téléphone au 05 24 57 65 20, ou par courriel | Mentions légales