Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un blog de bordeaux.fr

12/04/2017

Mobilité alternative : optez pour l’autopartage !

yea.PNGVous les voyez souvent, mais les avez-vous-déjà essayées ? Les voitures en libre-service sont sans doute LE mode de transport de demain ! Mises à disposition par des particuliers ou des entreprises, elles permettent d’assurer des déplacements sans utiliser de véhicule personnel. A l’heure où posséder une voiture en ville coûte cher (3300 à 8500 euros par an en moyenne), l’auto-partage semble s’imposer comme l’alternative la plus écologique et économique pour des trajets courts.


A Bordeaux, le pionnier de l’auto-partage, Citiz, propose un nouveau service : Yea ! Celui-ci propose des solutions plus flexibles pour les usagers :
- réserver un véhicule en instantané et près de soi grâce à l’appli mobile et son service de géolocalisation,
- l’utiliser pour une durée illimitée,
- le déposer n’importe où dans Bordeaux intra-muros (quand l’auto-partage classique nécessite des stations dédiées).

Le tarif de ce nouveau service inclut l’assurance, le stationnement, l’entretien et un service d’assistance 24h/24h. En s’abonnant, l’utilisateur s’engage à réduire ses coûts et son impact écologique, mais aussi à faire un geste communautaire ! Pourquoi posséder une voiture qui reste à l’arrêt en moyenne 90% du temps ?

A Bordeaux, déjà plus de 5 000 personnes pratiquent l’auto-partage (tous services confondus.) Alors pourquoi pas vous ?

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site http://yea.citiz.coop/

30/11/2016

Trois actions girondines pour protéger les abeilles

airbeenbee.pngLe cycle de rencontres La Vie Api ! initié par la Maison écocitoyenne s'est clôturé pour cette année 2016 avec la rencontre "Protection des abeilles : je passe à l'action". L'occasion de mettre en lumière plusieurs actions de notre territoire en faveur de ces pollinisateurs indispensables à notre écosystème.


Didier Destabeaux 
est un Bordelais qui a fabriqué une ruche horizontale pour accueillir des abeilles dans son jardin. Sur son site internet, Ma ruche en ville, il raconte les différentes étapes de son projet et les astuces indispensables pour attirer un essaim. Il a pour ambition de mettre en place des ateliers de montage de ruches urbaines pour les particuliers qui souhaiteraient reproduire cette expérience.
Pour en savoir plus, consultez le dossier de présentation du projet https://indd.adobe.com/view/b99647a6-3478-4103-9d16-06228...

Laurent Cazalet est un apiculteur amateur basé à Mios. Il propose aux particuliers des formations d'une journée pour découvrir les bases de l'apiculture. Actuellement, il monte un réseau d'apiculteurs sur le Bassin d'Arcachon pour mettre en commun des connaissances, expériences, ateliers de construction de ruche...
Pour en savoir plus, rendez-vous sur son site internet Les abeilles de l'Eyre.
 
Claude Bodin est le président de l'association gérant la miellerie collective d'Eysines. Ce projet porté par Bordeaux Métropole vise à encourager l’apiculture de loisirs en mettant à la disposition des adhérents :
– un lieu de partage, d’animation, de rencontres autour de l’abeille,
– un local aménagé et doté de matériel d’extraction,
– un service coopératif qui permet de mettre en commun le matériel apicole utilisé seulement quelques jours dans l’année.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la Miellerie collective d'Eysines ou sur la page Facebook.
 
De belles actions qui ne demandent qu'à essaimer !
 

07/11/2016

Faites des économies d'énergie, d'eau... et d'argent !

faep_2016.jpgFaire des économies, ça vous tente ? Economies d’eau, d’énergie… et d’argent sont au programme du Défi des Familles à énergie positive !

Déjà la 5ème édition de ce défi ludique et terriblement efficace sur la métropole bordelaise ! Chaque année, les participants font le pari de baisser leurs consommations d’au moins 8%. Sans travaux, sans équipement supplémentaire mais avec beaucoup de bon sens et d’astuces…

Afin d’aider les participants à réussir leur pari, un guide de 100 écogestes faciles à reproduire leur est donné ainsi que la possibilité d’utiliser des outils ludiques comme un wattmètre pour mesurer la consommation de leurs appareils ou une caméra thermique pour vérifier les éventuelles pertes de chaleur dans leur logement...

Et ça marche ! Lors de l’édition précédente, l’ensemble des participants a économisé en moyenne 10 % d’énergie et 20 % d’eau, ce qui représente une économie financière d’environ 200 €. Les économies d’énergie réalisées s’élèvent à 26 tonnes de CO2, l’équivalent des émissions d’une voiture qui aurait parcouru sept fois le tour de la terre. Par ailleurs, 1 350 m³ d’eau ont été économisés, soit le volume nécessaire pour remplir près de 8 500 baignoires.

Pendant toute la durée de la période, des réunions d’information (facultatives) avec des experts à la Maison écocitoyenne donnent les astuces indispensables pour mieux gérer sa consommation d’eau et d’énergie.

Que vous viviez seul, en couple, en colocation ou en famille... ou que vous souhaitiez monter une équipe avec vos collègues pour représenter votre entreprise… Tout est possible pour se motiver et faire de belles économies !

Alors… prêt à relever le Défi ? Inscrivez-vous avant le 15 novembre !

INFOS PRATIQUES

Dates du défi : 1er décembre 2016 – 30 avril 2017

Inscriptions sur http://www.familles-a-energie-positive.fr/concours/inscri...

Clôture des inscriptions : 15 novembre

Plus d’infos au 05 24 57 65 23 ou faep@mairie-bordeaux.fr

Enregistrer

25/07/2016

La vie zéro déchet à Bordeaux : c'est possible !

couv_famille_zd_300.jpgLa Maison écocitoyenne a récemment accueilli les auteurs du livre  "Famille presque Zéro Déchet : ze guide", un livre indispensable pour tous ceux qui souhaitent réduire le poids de leur poubelle sans savoir par où commencer. Un livre drôle sur un sujet grave, qui aide à réaliser le désastre de notre société de consommation sur de nombreux plans.

Le livre fourmille de conseils et d'astuces émaillés d'anecdotes vécues de l'aventure zéro déchet de cette famille (presque) comme les autres. Chaque aspect de la vie quotidienne est passée au peigne fin (courses, hygiène, cuisine, cosmétiques, enfants, fêtes...).

Les auteurs partagent également leurs recettes pour les produits ménagers ou les cosmétiques pour des produits plus sains pour l'environnement, plus économiques et bien entendu moins d'emballages puisque les flacons et bidons sont réutilisables de nombreuses fois !

Lors de la conférence, Jérémie Pichon détaille ce qui les a amenés à cette prise de conscience et pourquoi il est nécessaire que chaque Français avance dans le même sens.

Retrouvez dans la vidéo ci-dessous quelques témoignages de participants à la rencontre et de Jérémie Pichon, le co-auteur du livre.


 

Luce, stagiaire à la Maison écocitoyenne, raconte

J'ai eu la chance d'assister à la conférence de la Famille presque zéro déchet. Jérémie Pichon, Bénédicte Moret et leurs deux enfants sont venus présenter leur livre et le dédicacer. Stagiaire à la Maison écocitoyenne, j'étais chargée de prendre des notes pour réaliser le compte-rendu de la soirée. Ce travail s'est révélé beaucoup plus enrichissant que ce que je prévoyais, c'est pour cela que j'aimerais partager cette expérience.

Tout d'abord, écolo convaincue, je pensais connaître bon nombre des gestes quotidiens à adopter ainsi que ceux à éviter. Pourtant je suis allée de découverte en découverte. Par exemple, je n'avais pas du tout conscience de la désinformation existante autour du recyclage. Jérémie m'a appris que la plupart des plastiques que l'on met dans les poubelles de recyclage ne se recyclent pas, et ce, malgré ce que l'on peut dire sur l'emballage : certains logos sont trompeurs ! La seule vraie solution c'est de ne pas acheter de produits emballés. Le recyclage doit être notre dernière alternative et pas un mode de consommation que l'on est tenté de penser durable.

Mais là où cette soirée a été extrêmement enrichissante c'est que l’expérience menée par cette famille est joyeuse ! Être écolo, ce n'est pas se contraindre pour protéger la nature, c'est au contraire une manière de simplifier sa vie et d'être plus heureux. Cela m'a permis d'approfondir ma réflexion sur les bénéfices d'un mode de vie qui limite au maximum notre impact sur la planète comme cette famille le pratique concrètement au quotidien, c'est refuser la société d'hyperconsommation, c'est politique, c'est ne pas participer à la pression qu'exerce le mode de vie des pays du nord sur ceux du sud, c'est oublier la sensation de manque perpétuel dans laquelle nous maintient la société telle qu'elle est, c'est avoir plus de temps pour faire ce que l'on aime, accéder à un bonheur simple, en résumé c'est profiter de la vie.

 

Pour aller plus loin :

Le blog de la Famille zéro déchet

Le guide de la Maison écocitoyenne "La vie zéro déchet à Bordeaux, c'est possible !" avec :
- les bons plans de la métropole bordelaise pour composter
- les bonnes adresses pour acheter sans emballage
- les astuces pour mieux consommer et réduire ses déchets

Famille zéro déchet : ze guide est disponible en lecture à la Maison écocitoyenne. Venez le feuilleter et profiter des nombreuses astuces partagées par ses auteurs !

 

13/11/2015

Ce fléau qu'est l'huile de palme

Affiche-Alimenterre.jpgLa Maison écocitoyenne projetait hier soir le film Palme, une huile qui fait tâche dans le cadre du festival Alimenterre. Le débat qui s’en est suivi avec les spectateurs fut étonnamment calme, sans doute étions-nous tous soufflés par ce que nous venions de voir.

L’huile de palme est la chouchoute des industriels qui en mettent partout. Peu coûteuse, elle donne du croustillant aux biscuits et du moelleux aux pâtes à tartiner. On en trouve même dans les cosmétiques qui représentent 20% de son marché !

Pourtant, c’est une véritable catastrophe écologique, sanitaire et humaine. Voici pourquoi :


Un vrai danger pour la santé


L’huile de palme est végétale, pourtant sa structure est proche des graisses animales. Consommée en excès, elle est athérogène, c’est-à-dire qu’elle peut boucher les artères et ainsi provoquer des AVC. Si on recommande de ne pas abuser des graisses animales (beurre, fromage, charcuterie), la vigilance doit être la même pour l’huile de palme, qui en plus se cache partout. Traquons-la pour notre santé !


Une catastrophe écologique

Cultivée de manière intensive, l’huile de palme fait « vivre » 20 millions d’Indonésiens. Mais pour planter des palmiers à huile, il faut faire de la place, et donc on rase la forêt primaire ! En 60 ans, la moitié de cette forêt d’Indonésie a disparu. C’est pourtant l’habitat de certains animaux comme les orangs-outangs qui sont aujourd'hui menacés d’extinction.

Et ce dont le film ne parle pas, ce sont les incendies volontaires, pour accélérer la déforestation, qui ravagent actuellement l’Indonésie. Ils sont hors de contrôle, provoquent l’étouffement de la population et de la biodiversité, et libèrent dans l’atmosphère des doses massives de gaz à effet de serre (plus d'infos dans cet article).

Orang-Outang.jpg



Une menace pour les Indonésiens…

Les exploitants de palmiers à huile pulvérisent massivement leurs surfaces avec du Paraquat, un herbicide surpuissant, interdit dans de nombreux pays. Les jeunes ouvrières agricoles montrées dans le film ne portent pas de masque, ni aucune protection vestimentaire. Pourtant, ce produit est hautement toxique. Il se retrouve ensuite dans les rivières où les villageois ont pour habitude de se baigner et se laver. Le film montre comment les enfants toussent après avoir joué dans la rivière… Rivière qui s’est vidée de ses poissons en quelques années.


… pour un bénéfice très relatif

Les autorités locales se félicitent que les grosses exploitations fournissent les emplois aux petits producteurs de travailler et nourrissent leur famille. Pourtant, des voix commencent à s’élever parmi eux pour dénoncer les pratiques. « Nous ne faisons plus confiance à l’entreprise qui prélève une trop grande partie de nos récoltes. Il nous reste 8€ à la fin du mois pour vivre » raconte l’un de ces petits producteurs, quand le salaire moyen est de 115€ en Indonésie.


Quelles alternatives ?

Loin de s’en tenir à ce constat alarmant, le documentaire propose de nombreuses pistes pour traquer et bannir l’huile de palme dans nos vies quotidiennes avec par exemple :
-    Ce jeune ingénieur qui a ouvert le blog « Vivre sans huile de palme » et partage ses astuces pour la traquer et s’en passer
-    Cet industriel qui remplace l’huile de palme dans sa pâte à tartiner par du beurre de cacao et de l’huile de colza. Son produit est plus cher mais d’une qualité incomparable
-    Ce sénateur, victime d’un AVC, qui propose de taxer l’huile de palme pour limiter son utilisation par les agro-industriels
-    Ce distributeur qui a proscrit l’huile de palme d’une centaine de produits à sa marque sans pour autant augmenter ses prix,
-    Ce maire d’arrondissement à Paris qui expérimente une cantine « sans huile de palme » dans une école primaire. Les enfants mangent des produits frais, cuisinés sur place et ils en redemandent !

Une fois de plus la solution est dans notre consommation. A chacun d’entre d’acheter et de consommer en conscience pour notre santé, celle des Indonésiens, et de notre planète.

Un film à voir et à partager, pour  rester avisés des réalités d’un monde qu’il nous appartient de changer pour le plus grand respect de tous.

23/06/2015

Conte interactif et lectures pour les tout-petits

Les animations continuent autour de l'exposition Bois Dynamie avec des contes pour tous les âges...

camille_piantanida-illustratruce-jeunes.jpegLes plus imaginatifs ont rendez-vous le mercredi 1er juillet pour créer de toute pièce une histoire dans les bois.

Muni d'un crayon et de dés, les enfants élaborent une aventure dont ils sont les héros. Ils sont accompagnés par l'illustratrice jeunesse Camille Piantanida, auteur des livres "Macaron et Canelé", qui dessinera au fur et à mesure de leurs pérégrinations imaginaires les personnages et décors de cette aventure unique !

Point de départ de l'histoire : « Dans la forêt citoyenne, le Grand Arbre boude, il ne fait plus de feuilles, plus de fruits, que lui arrive-t-il ? ». A vos enfants d'imaginer la suite...

> mercredi 1er juillet, de 14h à 16h, pour les 6-11 ans
Sur inscription au 05 24 57 65 20 ou maisoneco@mairie-bordeaux.fr


Les plus jeunes ont quant à eux rendez-vous avec des animatrices de la Bibliothèque de Bordeaux pour un moment privilégié de partage autour de lectures de contes de la forêt. Accessible dès 3 ans, ces lectures permettent aux tout-petits de s'éveiller à la lecture en écoutant des histoires qui les plongent au cœur de la nature.

> mercredi 8 juillet à 16h30, pour les 3-6 ans
Sur inscription au 05 24 57 65 20 ou maisoneco@mairie-bordeaux.fr

A noter également que des livres d'histoires autour des arbres et de la forêt sont en accès libre dans l'espace d'exposition jusqu'au 30 août.

 

06/03/2015

Une expédition contre la pollution plastique des océans

Le «MOD70 Race for Water», trimaran ultra performant est parti de Bordeaux le 15 mars dernier pour une course contre la montre, celle de la lutte contre les amas de déchets plastiques qui s'accumulent dans les océans.

RaceForWater_Poster4(1).jpg


La Race for Water Odyssey est une expédition de 300 jours à la découverte des pollutions plastiques aux 4 coins du globe. L'objectif de cette "course" est de prélever des échantillons pour analyser cette pollution mais aussi de sensibiliser les populations sur ces dangers encore trop peu médiatisés.

Le trimaran fera escale dans les îles à proximité des gyres (ou vortex), immenses tourbillons formés par les courants marins qui concentrent les déchets et les particules de plastique en suspension pour créer des « plastisphères » de la taille de pays entiers ! Cinq gyres sont identifiés aujourd’hui mais seul celui du Pacifique nord est véritablement étudié. L’expédition permettra pour la première fois, de récolter et d’analyser des données systématiques et comparables sur l’ensemble des 5 vortex de la planète.


 

 

Tout au long du parcours, l’équipage rencontrera scientifiques et experts pour échanger et sensibiliser les populations locales. L’objectif du tour  du monde est également de braquer les projecteurs pour alerter industriels, législateurs et grand public aux enjeux de la préservation des océans. Conférences (la première au siège de l’ONU à New York), activités pédagogiques et workshops dans les escales (New York, Hawaii, Valparaiso, Tokyo, Shanghai, Le Cap et Rio de Janeiro…) ponctueront le tour du monde. L’expédition travaille activement à fédérer une communauté de « Water Guardians », composée de personnalités œuvrant activement pour la cause.

La Maison écocitoyenne s'engage dans l'expédition en devenant le relais de la navigation: vous pourrez y suivre le parcours grâce à un point d'information mis en place dès les amarres larguées. Des rendez-vous avec l'équipe du bateau sont également prévus afin de faire le point sur l'avancée du bateau, les premières analyses, les rencontres...

Parcours-Race-For-Water.jpg

Suivez cette expédition sur Facebook, sur Twitter et sur le site internet de la Race for Water Odyssey.
Découvrir l'album photo.

06/02/2015

L'apiculteur, l'artiste, le hackeur et le scientifique

Le cycle de rencontres "La Vie Api !" se poursuit !

Nous vous en parlions il y a quelques mois : sur le toit du CAPC vivent des abeilles "branchées", connectées à une base de données publiques afin d'observer leur comportement. Depuis la mise en place de ce rucher expérimental artistique, l’observation se poursuit grâce à une collaboration avec des scientifiques et apiculteurs de Bordeaux, Barcelone, et même Helsinki !

ruches capc.jpg
Rendez-vous au CAPC mercredi 11 février pour connaître les premiers résultats de cet étonnant projet lors d'une conférence performée, mêlant mathématiques et dessins réalisés en direct sous vos yeux. Pierre Grangé-Pradéras, l'artiste et apiculteur à l'initiative de l'étude, présentera le dispositif électronique qui lui donne vie, tout en jouant sur ses aspects scientifique, artistique et écologique.

La conférence se clôturera par une discussion et une dégustation d'hydromel, de pain d'épices et autres produits, à base de miel bien sûr !

Mercredi 11 février, 18h - 20h, CAPC, entrée libre

28/11/2014

Les mercredis de la mer, nouveau cycle de projections

Vous aimez l'océan ? Vous avez soif d'aventures et de découvertes ? Tout au long du mois de décembre, la Maison écocitoyenne vous propose d'en prendre plein les yeux avec un nouveau cycle de projections, les mercredis de la mer !

Au mois d'avril dernier, le FILMAR (Festival International du Film de la Mer) s'est tenu à Hendaye. En exclusivité à Bordeaux, en partenariat avec Iffwater, la Maison écocitoyenne propose la projection gratuite de 3 films primés dans la sélection.

Des images d’une beauté exceptionnelle, des aventures palpitantes, et la preuve, s’il en fallait une, que la mer, bien que puissante et mystérieuse, mérite notre plus grande attention.

mercredis-mer-MaisonEcocitoyenne.jpg

Au programme :

Au Cœur de la tempête
Un film de Nicolas Cennac et Jerôme Mignar

Tempêtes, cyclones, ouragans : du Golfe de Gascogne à l'Afrique du Sud, en passant par les Mers du Sud et les Etats-Unis, nombreux sont ceux qui ont croisé, combattu ou même recherché ces phénomènes climatiques exceptionnels. Sauveteurs, capitaines au long cours, chasseurs d'ouragan, navigateurs, chacun se prépare à sa manière à affronter les éléments.

Tempête polaire - En 2006, dans le cadre du programme Damoclès, le voilier polaire Tara se laisse volontairement emprisonner par la banquise afin de mesurer la fonte des glaces dans l'océan Arctique. A bord, huit volontaires de différentes nationalités, prêts à braver le danger pendant huit mois…

Grand prix JUMEUX D’or (97 mn)
Mercredi 3 décembre à 18h


********************************************************************


Opération Lune – L’épave cachée du roi-soleil
Un film de Pascal Guérin et Herlé Jouon

Plongée au large de Toulon sur l’épave de la Lune, vaisseau amiral de Louis XIV : une enquête archéologique exceptionnelle menée par Michel L’Hour, archéologue sous-marin et directeur du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Ministère de la Culture et de la Communication).
Prix du meilleur scénario (85 mn.)

Mercredi 10 décembre à 18h.



********************************************************************

Le Piège blanc 
Un film de Thierry Robert

Le piège blanc vous entraine sur la côte Est du Groenland aux côtés d'Alban Michon (spécialiste de plongée sous glace) et Vincent Berthet (caméraman habitué des expéditions polaires). 1000 kms de kayak au large de cette côte, la plus désertique du Groenland. Bravant des conditions climatiques extrêmes, les deux amis nous transportent dans un autre univers. Ils entament cette expédition polaire de plongée sous-marine à la fin de l'été arctique 2012 et y mettent fin au début de l'hiver. Une très belle aventure humaine, un vrai suspense digne d’une grande fiction.
Grand prix hors catégorie 110 mn.

Mercredi 17 décembre à 18h.

Tous ces films seront projetés gratuitement, en accès libre, soyez bien à l'heure pour avoir une place !

23/10/2014

Les Bonimenteurs, jeux autour de la science

Pour se familiariser avec la science, les Petits Débrouillards d’Aquitaine proposent en libre accès des jeux autour de la science afin de mieux comprendre «comment ça marche» : énergie, climat, corps humain,
science et magie...

Petits et grands, venez apprendre en vous amusant !

Samedi 25 octobre de 15h à 18h
Mercredi 29 octobre de 16h à 18h

Une animation proposée dans le cadre de l'exposition "La Recherche, c'est la Santé", actuellement à la Maison écocitoyenne.

All the posts

 

Renseignements : par téléphone au 05 24 57 65 20, ou par courriel | Mentions légales