Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un blog de bordeaux.fr

04/07/2014

Les amis de la Maison écocitoyenne – AMOS

AMOS.jpgL’association AMOS fête bientôt ses 20 ans, à la Maison écocitoyenne, ravie de participer à cette fête.
 
À l'occasion du mois de l’économie sociale et solidaire, conférences et fête seront au programme entre le 4 et le 9 novembre avec en fil directeur l'exposition de quelques œuvres de l’artiste-plasticienne Rustha Luna Pozzi-Escot. Hommage rendu à l’association puisque cette artiste rend grâce aux vêtements donnés gracieusement par AMOS.
 
AMOS association textile solidaire et écolo est avant tout une entreprise d’insertion qui emploie près de 26 salariés en insertion.
Elle collecte, trie, soigne et revend les vêtements dont vous ne voulez plus. En 2013, 235 tonnes de textiles ont ainsi été sauvées de la benne et réintroduites dans le circuit.
 
Une sixième boutique a ouvert récemment, cours de l’Argonne à Bordeaux, spécialisée dans le vintage. Nouveau défi pour les stylistes qui trient les vêtements par thématique et non plus seulement pour la qualité et l’état des pièces.

Vous pourrez retrouver une des dernières œuvres collaboratives de Rustha Luna Pozzi-Escot tout le mois de Septembre pour l’exposition « L’Archiduchesse ».
 
Plus d’informations : 05 24 57 65 20  (Maison écocitoyenne) ou 05 56 90 74 90 (AMOS).

01/07/2014

Les Bordelais fêtent les économies d'énergie

En plus de l'été et de la fête de la musique, la fin du défi des Familles à Energie positive (FAEP) de Bordeaux était célébrée samedi dernier à la Maison écocitoyenne ! Ce défi de plusieurs mois, opposant des équipes de tous les quartiers, a permis de réaliser des économies d'eau et d'électricité!

Les Bordelais invités à réduire leurs consommations par de simples gestes quotidiens, se sont fait remarquer. Le meilleur score aquitain a été réalisé par une équipe de Chartrons avec 32% d’économie contre les 8% demandés ! La saison 2 du défi a encore démontré que nous pouvions tous participer à notre échelle à la préservation de notre environnement.

P1060356.JPG


L'événement du 21 juin dernier, était l'occasion de célébrer et remercier tous les participants pour leur contribution et leur action dans ce sens, en présence des conseillers énergie du CREAq, PACT HD, CLCV, ayant accompagné les familles tout au long de la période de chauffe entre décembre et mars. Un programme festif a souligné la convivialité ambiante : petit déjeuner, animations avec un espace « Pour aller plus loin », et remise de diplôme par Monsieur le maire de Bordeaux, lui-même ! Mention spéciale donc pour « Les Ecureuils écolos » (quartier Chartrons / Grand Parc / Jardin Public) et l'équipe du quartier Bordeaux Sud qui arrivent les premiers de ce grand défi d’économie d’énergie et d’eau !
Chaque capitaine d’équipe a aussi dévoilé ses astuces. Jean-Louis Bergey, directeur régional de l'ADEME n’a pas manqué de souligner que l'effort cumulé de l'ensemble des équipes a permis d'économiser la consommation annuelle en électricité de 30 foyers français !  Et les Bordelais à énergie positive ont aussi économisé l'équivalent de 8 piscines en quantité d'eau, sur la durée du défi.

Une balade fluviale commentée par l'association Terre & Océan, présentant la biodiversité de la Garonne a réuni l’ensemble des participants nombreux à répondre à l'appel, pour une ultime récompense.

Rendez-vous pour la saison 3 du défi des FAEP et la Maison écocitoyenne compte maintenant sur vous !

Plus de renseignements pour la saison 3 : 05 24 57 65 20 ou maisoneco@mairie-bordeaux.fr

Article rédigé par Marie Tournier.

24/06/2014

Pesticides et santé, la conférence - débat

Mardi dernier, les effets des pesticides sur la santé étaient en débat à la Maison écocitoyenne autour, d’Anne Walryck, Vice-présidente de la Communauté urbaine de Bordeaux en charge du développement durable, Ghislaine Bouvier, maître de conférences à l’Université de Bordeaux, chercheuse en épidémiologie, travaillant sur les effets des pesticides sur la santé et Yvon Minvielle, viticulteur bio et président du mouvement Slow Food Bordeaux.

P1060346.JPG


Ghislaine Bouvier fait partie des 7 épidémiologistes de l’inserm  qui ont été chargés de réviser la littérature mondiale des pesticides, dans le cadre d’une expertise collective commandée par l’état sur cette question. Le but est d’établir – ou non – un lien entre certains cancers et la consommation des pesticides.
Les résultats sont là : il y a une corrélation constatée avec la leucémie, les cancers du cerveau et de la prostate ainsi que les mélanomes. Certes, les pesticides ne sont pas la seule cause de ces maladies mais il y a une forte présomption de leur rôle. Les épidémiologistes ont parfois observé un risque deux à trois fois plus fort lors qu’il y a exposition aux pesticides.
Selon eux, les particuliers peuvent limiter leur consommation de produits toxiques en consommant surtout du bio ou du biodynamique. Les agriculteurs, quant à eux, peuvent faire le choix de quitter cette agriculture de rendement pour aller vers une exploitation plus propre et respectueuse de la Terre et d’autrui.

Yvon Minvielle a d’ailleurs illustré cette prise de conscience de la sur-utilisation des pesP1060349.JPGticides à travers son expérience de viticulteur en biodynamique. Lorsqu’il a commencé à cultiver ses terres, son exploitation était traitée avec des pesticides. Refusant cette habitude injustifiée pratiquée par le plus grand nombre, il a décidé d’évoluer vers la biodynamie c'est-à-dire un mode de traitement des plantations par des préparations de plantes permettant à l’écosystème de rester équilibré. Grâce à cela, les aliments cultivés selon ce modèle n’ont pas de résidus de pesticides.
Yvon Minvielle nous a alertés sur le fait que la France est un des plus gros consommateurs de pesticides en Europe. Nos champs sont 5 000 fois plus « infestés » que la dose tolérée.

Il faut donc redoubler de vigilance à ce que nous mangeons : notre rapport premier à la nature est de la manger. Si elle est traitée avec des produits toxiques et dangereux, des conséquences notables seront visibles sur notre santé.

Animé par Didier Dubrana, responsable de la communication de l’Inserm Aquitaine Poitou Charente, le débat a fait la part belle aux questions avec le public, venu nombreux ce soir.
La Maison écocitoyenne abordera à nouveau ces sujets importants de notre relation à la terre et à l’alimentation…

Rendez-vous prochain, le 1er juillet pour la projection du film "L’esprit du vin".

cycle-science-dd-Pesticides&alimentation.jpgProchaines conférences-débats du cycle Science et DD :
> Jeudi 18 septembre, 18h30 - 20h30 à l’Athénée Municipal sur le thème de la nutrition et de la santé
> Jeudi 6 novembre, 18h30 - 20h30 à la Maison écocitoyenne sur le thème de l’écotoxicologie

18/06/2014

Bordeaux entre dans le mouvement "Transition" !

Bx en transition.JPGLe 6 juin dernier, Boris Cousin et Florent Roulland de Bordeaux en transition, mouvement apolitique d’entraide et de relance économique locale a animé une projection débat à la Maison écocitoyenne.

Le film, In transition 2.0, a montré que, pour sortir du chaos climatique et de la crise économique dans lesquels nous sommes, le monde a besoin d’une transition organisée.
C’est pourquoi, dans 44 pays, il y a aujourd'hui plus de 1 100 initiatives dans le réseau international de la Transition. Pour le moment, le mouvement bordelais est en phase de naissance. Boris et Florent organisent, dans différents lieux de la Ville des projections débats afin de rassembler le plus de personnes autour de ce projet.

La « transition », qu’est-ce que c’est ?

in-transition2.0.jpgLe mouvement de Transition est né en Angleterre en septembre 2006 dans la petite ville de Totnes. Il consiste à inciter les citoyens d’un territoire (village, commune, ville ou quartier d’une ville) à prendre conscience du changement climatique et de ses profondes conséquences. Le mouvement prône l’urgence de s’y préparer en mettant en place des solutions locales pour réduire ses émissions de CO2 et sa consommation d’énergie d’origine fossile mais aussi pour intensifier les liens entre habitants et acteurs économiques locaux.

Chaque groupe de chaque territoire mettra en place des solutions adaptées à la conjoncture économique et sociale locale. Il n’y a pas de réponse toute faite.

Dans le film In transition 2.0, différentes actions sont présentées :

-    création de marchés locaux
-    travaux de la ville
-    jardins partagés
-    entraide intergénérationnelle
-    épiceries collaboratives
-    monnaie locale

Finalement, on se rend compte que la « transition » ressemble plus à une grande fête qu’à un mouvement protestataire. Dans l’agglomération bordelaise, différents mouvements de ce type existent déjà, notamment à Libourne ou à Saint Médard en Jalles.

Si vous souhaitez vous rassembler autour du projet de Boris et Florent pour la Ville de Bordeaux, n’hésitez pas à les contacter : contact@bordeaux-transition.org

12/06/2014

L’Université Populaire de l’Environnement, un laboratoire d’idées !

mne.pngLe 10 juillet prochain à la Maison écocitoyenne, faites partie du  laboratoire d’idées de l’Université populaire de L’Environnement.

Des tables rondes sont organisées par le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Gironde (CAUE) pour débattre autour de l’habitat participatif ou évolutif en Aquitaine sous trois thèmes :

-    Initier le projet d’habitat participatif
-    Concevoir le projet
-    Définir les étapes préalables

Ce laboratoire est inscrit dans le programme pour l’été 2014, déjà disponible sur le site.

L’Université Populaire de l’Environnement se préoccupe de toute action portant sur l’écologie et la transition économique et énergétique mise en œuvre par la Maison de la Nature et de l'Environnement Bordeaux Aquitaine regroupe une cinquantaine d'associations, aux préoccupations diverses, mais complémentaires.

Son principal objectif est l’organisation de rencontres permettant une démarche de construction et de mobilisation collective et d’action. Tout le monde peut être associé à ses réflexions, des citoyens jusqu’aux chercheurs en passant par les associations, syndicats, services de l’État et les collectivités.

Pour plus d’informations : 05 24 57 65 20

 

Renseignements : par téléphone au 05 24 57 65 20, ou par courriel | Mentions légales