Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un blog de bordeaux.fr

24/02/2015

A la (re)découverte de la Garonne

Depuis quelques années avec l'aménagement des quais, les Bordelais ont redécouvert la Garonne. Mais, aussi familière qu'elle puisse être, la connaît-on vraiment ?

Laurent Philton a réalisé l'année dernière le documentaire Vis le fleuve, une découverte de la Garonne dans l'agglomération bordelaise. Au rythme des marées, du pont d’Aquitaine au pont François Mitterrand, la caméra navigue à la rencontre de personnages qui, par leur expérience et leur attachement profond au fleuve, nous racontent toutes ses facettes (patrimoine, biodiversité, histoire, pratiques...)

couverture.jpg

Le documentaire est visible sur internet depuis le printemps 2014. Il est possible de le regarder par petits bouts, comme autant de rendez-vous avec ces personnages qui aiment tant "la rivière" comme on l'appelle souvent.

Pour aller encore plus loin, la Maison écocitoyenne vous propose de passer du virtuel au réel, en invitant les protagonistes de ce documentaire à venir commenter des extraits du film et partager un moment avec les spectateurs.

En mars, Marc Lafosse a inauguré ce nouveau cycle de rencontres sur la thématique "Le fleuve du futur". Océanographe et gérant du cabinet d’étude « Énergies de la lune » à l'initiative du site de test d’hydroliennes sous le point de pierre, il nous a raconté comment il est possible de transformer le courant du fleuve en énergie, et pourquoi le pont de pierre est un site exceptionnel pour cela.


Puis, ont eu lieu une rencontre avec Henri Etcheber, chercheur au CNRS et coordinateur du projet Etiage sur l’Eau de la Garonne au sujet de la qualité de l'eau de la Garonne.


En avril, Clément Salzes, marin professionnel natif de Bordeaux, ayant fait ses armes entre le bassin d’Arcachon et l’estuaire de la Gironde, cofondateur et président du club les Marins de la Lune situé dans le quartier de la Bastide, nous a parlé des pratiques sportives sur le fleuve au cœur de la ville. Rame, surf, voile… les possibilités d’aventures sportives sur le fleuve ne manquent pas dans le Port de la Lune !

Le 27 mai prochain, place à l'art avec Gabriel Okoundji. Ce poète né au Congo et tombé amoureux de Bordeaux il y a une trentaine d'années nous parlera des liens intenses qui l'unissent au deux fleuves de sa vie : le fleuve Congo de son enfance à la Garonne aujourd'hui. Celle-ci représente pour lui une source d'inspiration artistique mais aussi un lieu de recueillement et d'apaisement.

 

gabriel-okoundji.jpeg

Venez nombreux découvrir la Garonne autrement !
Partager l'événement sur Facebook

 

 

23/02/2015

A la chasse au gaspillage d’énergie

Le Défi des Familles à énergie positive bat son plein ! Depuis le 1er décembre dernier, les familles bordelaises engagées dans cette lutte contre le gaspillage d’énergie appliquent quotidiennement des écogestes pour réduire d’au moins 8% leur consommation. Tout au long du défi, des rencontres et animations leur sont proposées pour les y aider.

Ce fut le cas récemment aux Chartrons où l'enthousiaste capitaine a réuni son équipe dans un pub du quartier qui a joué le jeu en proposant une soirée « à la bougie ». Une ambiance chaleureuse pour une soirée très conviviale. Car si le défi des Familles à énergie positive permet de baisser ses consommations, il augmente le lien social !

 

photo 1.JPG

Autre animation ludique, une « balade thermique » dans les rues de Bordeaux. Armés d’une caméra thermique, les participants ont pu traquer les déperditions de chaleur des bâtiments aux alentours de la Maison écocitoyenne. La caméra thermique mesure le rayonnement infrarouge et donne une « photographie de la chaleur » qui permet de visualiser certains points faibles du logement (absence d’isolation, malfaçons, ponts thermiques, etc.). Au cours de la balade, les participants ont pu poser toutes leurs questions à leur guide, conseillère info énergie.

Le sujet vous intéresse ? Quelques places sont encore disponibles pour une nouvelle édition de cette balade thermique, cette fois ouverte à tous, ce jeudi 26 février à 18h30 à la Maison écocitoyenne. C’est gratuit, sur inscription au 05.24.57.65.20.

Enfin n'oubliez pas notre exposition REMIX, Eclairages sur la transition énergétique, à voir sur les murs extérieurs et à l'intérieur de la Maison écocitoyenne jusqu'au 26 avril et de participer à nos animations sur le sujet (voir notre programme mensuel).

 

10/02/2015

La mode peut-elle devenir éthique ?

 

Comment changer l'industrie de la mode ? C'est la question abordée lors de la table ronde organisée par ESSplicite à la Maison écocitoyenne, le jeudi 19 février.

Forte empreinte écologique, délocalisations, conditions de travail déplorables... L'industrie du textile est régulièrement pointée du doigt. Et pour cause :
- chaque année, 4000 milliards de litres d'eau sont utilisés pour teindre les vêtements,
- la culture du coton conventionnel représente 20% de la pollution mondiale,
- des tonnes de substances toxiques sont utilisées pour la création de vêtements, nocives pour celui qui les porte comme pour celui qui les fabrique,
- les ouvriers du textile, parfois même des enfants, travaillent dans des conditions d’extrême précarité en termes de sécurité, de santé et de rémunération. A ce titre, on se rappelle l'effondrement du Rana Plaza en 2013, immeuble qui abritait des ateliers de confections textiles au Bangladesh...
(Infographie à retrouver sur le site d'Ekyog, marque française de prêt-à-porter bio).

De plus, il faut bien garder à l'esprit que le prix des vêtements de nombreuses marques n'est pas du tout en accord avec son coût de fabrication.

sweatshop téléréalité.jpg

"Sweatshop, deadly fashion", documentaire de Joakim Kleven, 2015


Plusieurs marques et créateurs ont alors voulu créer une mode dite éthique, respectueuse de la Terre et des humains. Pour cela, des procédés de fabrication moins polluants sont utilisés, ainsi que des matières recyclées ou écologiques (comme le coton bio, la fibre de bambou ou le chanvre). Les droits des travailleurs et les principes du commerce équitable sont également respectés.

Depuis le début des années 2000, la mode éthique a eu le temps de se développer. S'habiller écocitoyen et tendance sans forcément payer plus cher qu'ailleurs, c'est possible quand on sait où chercher : les organismes qui mettent en avant la mode éthique sont de plus en plus nombreux, que l'on parle de boutiques en ligne ou de petites associations locales. Certaines, par exemple, recyclent nos vieux habits en pièces uniques !

La table ronde a rassemblé Greenpeace et deux organismes bordelais qui défendent la mode éthique :
- Sew&Laine, association dédiée à la création textile et au fait-main, organisatrice d'actions culturelles et environnementales,
- AMOS, entreprise d'insertion qui collecte nos vêtements et les revalorise, en boutiques ou auprès de partenaires locaux de l'économie sociale et solidaire,


Un événement organisé par l'association ESSplicite créée en 2013 par des étudiants de Sciences Po pour sensibiliser à l'Economie Sociale et Solidaire (ESS).

Écouter la conférence dans son intégralité

06/02/2015

L'apiculteur, l'artiste, le hackeur et le scientifique

Le cycle de rencontres "La Vie Api !" se poursuit !

Nous vous en parlions il y a quelques mois : sur le toit du CAPC vivent des abeilles "branchées", connectées à une base de données publiques afin d'observer leur comportement. Depuis la mise en place de ce rucher expérimental artistique, l’observation se poursuit grâce à une collaboration avec des scientifiques et apiculteurs de Bordeaux, Barcelone, et même Helsinki !

ruches capc.jpg
Rendez-vous au CAPC mercredi 11 février pour connaître les premiers résultats de cet étonnant projet lors d'une conférence performée, mêlant mathématiques et dessins réalisés en direct sous vos yeux. Pierre Grangé-Pradéras, l'artiste et apiculteur à l'initiative de l'étude, présentera le dispositif électronique qui lui donne vie, tout en jouant sur ses aspects scientifique, artistique et écologique.

La conférence se clôturera par une discussion et une dégustation d'hydromel, de pain d'épices et autres produits, à base de miel bien sûr !

Mercredi 11 février, 18h - 20h, CAPC, entrée libre

04/02/2015

Les Matinées du handicap

Matinées handicap.pngL’intégration des travailleurs handicapés au sein de l’entreprise ne se fait pas sans questionnement.
En 2005 a été renforcée la loi de 1987 qui stipule que les entreprises de plus de 20 salariés sont tenues de compter 6% de travailleurs en situation de handicap.

6%, c’est justement le nom de l’organisation qui propose désormais chaque 1er jeudi du mois un temps de rencontre thématique à la Maison écocitoyenne : les Matinées du handicap. Objectif : permettre aux professionnels d’échanger sur ces questions.

Premier thème abordé ce jeudi 5 février : les liens qui peuvent exister entre humour et handicap au sein de l'entreprise. Et si on essayait de penser différemment, d'apporter un peu de légèreté à ce sujet souvent traité avec beaucoup de sérieux, voire gravité ?


Jeudi 5 février, réservé aux professionnels.
Renseignements echampin@ferretconsultinggroup.com, 06 82 82 15 41

All the posts

 

Renseignements : par téléphone au 05 24 57 65 20, ou par courriel | Mentions légales