Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un blog de bordeaux.fr

10/02/2015

La mode peut-elle devenir éthique ?

 

Comment changer l'industrie de la mode ? C'est la question abordée lors de la table ronde organisée par ESSplicite à la Maison écocitoyenne, le jeudi 19 février.

Forte empreinte écologique, délocalisations, conditions de travail déplorables... L'industrie du textile est régulièrement pointée du doigt. Et pour cause :
- chaque année, 4000 milliards de litres d'eau sont utilisés pour teindre les vêtements,
- la culture du coton conventionnel représente 20% de la pollution mondiale,
- des tonnes de substances toxiques sont utilisées pour la création de vêtements, nocives pour celui qui les porte comme pour celui qui les fabrique,
- les ouvriers du textile, parfois même des enfants, travaillent dans des conditions d’extrême précarité en termes de sécurité, de santé et de rémunération. A ce titre, on se rappelle l'effondrement du Rana Plaza en 2013, immeuble qui abritait des ateliers de confections textiles au Bangladesh...
(Infographie à retrouver sur le site d'Ekyog, marque française de prêt-à-porter bio).

De plus, il faut bien garder à l'esprit que le prix des vêtements de nombreuses marques n'est pas du tout en accord avec son coût de fabrication.

sweatshop téléréalité.jpg

"Sweatshop, deadly fashion", documentaire de Joakim Kleven, 2015


Plusieurs marques et créateurs ont alors voulu créer une mode dite éthique, respectueuse de la Terre et des humains. Pour cela, des procédés de fabrication moins polluants sont utilisés, ainsi que des matières recyclées ou écologiques (comme le coton bio, la fibre de bambou ou le chanvre). Les droits des travailleurs et les principes du commerce équitable sont également respectés.

Depuis le début des années 2000, la mode éthique a eu le temps de se développer. S'habiller écocitoyen et tendance sans forcément payer plus cher qu'ailleurs, c'est possible quand on sait où chercher : les organismes qui mettent en avant la mode éthique sont de plus en plus nombreux, que l'on parle de boutiques en ligne ou de petites associations locales. Certaines, par exemple, recyclent nos vieux habits en pièces uniques !

La table ronde a rassemblé Greenpeace et deux organismes bordelais qui défendent la mode éthique :
- Sew&Laine, association dédiée à la création textile et au fait-main, organisatrice d'actions culturelles et environnementales,
- AMOS, entreprise d'insertion qui collecte nos vêtements et les revalorise, en boutiques ou auprès de partenaires locaux de l'économie sociale et solidaire,


Un événement organisé par l'association ESSplicite créée en 2013 par des étudiants de Sciences Po pour sensibiliser à l'Economie Sociale et Solidaire (ESS).

Écouter la conférence dans son intégralité

Commentaires

Bon article

Écrit par : Thomas | 18/02/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 

Renseignements : par téléphone au 05 24 57 65 20, ou par courriel | Mentions légales