Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un blog de bordeaux.fr

23/04/2014

« Demain mangerons-nous des insectes ? »

Insects-are-a-far-more-su-009.jpgLors de la semaine du développement durable sur le thème « Consommer autrement », la Maison écocitoyenne a proposé un autre regard sur la thématique de son exposition temporaire. Si « Cherchez la p’tite bête » propose photos et anecdotes sur les insectes, nous avons aussi posé la question de les manger… ou pas ! Entre curiosité et dégoût, réticences et questions de société, une cinquantaine de curieux sont venus faire le point avec deux experts du sujet.

Jean-Marc Gancille est président de l’association Darwin Bugs qui promeut la consommation d’insectes comme alternative à d’autres sources d’alimentation.

Maxime Pigeon est ingénieur chez Micronutris, PME de 8 salariés qui expérimente l’élevage d’insectes à Toulouse.

Quelques chiffres pour démarrer

- 2 milliards de personnes mangent des insectes dans le monde.
- 1.900 espèces d’insectes sont consommées par l’Homme.
- Il faut 2 kilos de nourriture pour produire 1 kilo de viande d’insecte et 8 kilos de nourriture pour produire 1 kilo de bœuf.
- 90% de la production d’insectes est convertie en aliments. Il y a un faible taux de GES.

Darwin bugs, susciter le débat

L’objectif de l’association Darwin Bugs est de « bidouiller autour des insectes » : poser des questions, promouvoir un nouvel imaginaire de consommation, faire des expérimentations, tester des recettes…

Dans les futurs restaurant et épicerie de Darwin, il sera possible d’en manger sous diverses formes. Mais la consommation d’insectes reste pour le moment une curiosité plus qu’une véritable nécessité.

Micronutris, élever des insectes à grande échelle

Micronutris produit une tonne d’insectes par mois. Deux espèces ont été sélectionnées : les vers de farine et les grillons. La recherche s’est faite sur 11 espèces mais ces deux-là ont démontré leur efficacité. Elles sont françaises, comestibles, riches en nutriments et protéines. Les vers de farine apportent autant d’Oméga 3 que le saumon et le grillon a 3 fois plus de protéines que le bœuf !

« Élever des insectes est un travail de titan » reconnaît Maxime Pigeon. Comme les insectes fixent les pesticides, ils ne doivent manger que des céréales et des légumes bio. Un partenariat existe avec quelques maraîchers de Toulouse pour récupérer les invendus. 
Vers de farine et grillons vivent dans deux entrepôts différents, dans des conditions d’hygrométrie et de chaleur constantes. Comme pour le bétail, les services vétérinaires surveillent constamment la culture des insectes.

La production de Micronutris s’écoule chez les particuliers (achat sur le web) et les professionnels (chocolatiers, pâtissiers, qui décorent leurs créations avec des insectes déshydratés). Une partie de l'élevage est dédiée à la recherche de nouveaux produits. La société est notamment en cours de création d’une barre de céréales hyperprotéinées.

La PME s’impose quelques règles de base comme de refuser les importations. Cela pour rester en cohérence avec le souhait de diminuer les gaz à effet de serre et ne pas provoquer de hausse des prix dans les pays qui produisent des insectes depuis toujours.

Les insectes, futur de notre alimentation ?

Le débat s’est clôturé par une dégustation de vers de farine grillés et épicés, et de biscuits sablés à la farine d’insectes. Les participants ont joyeusement croqué dedans, certains allant jusqu’à trouver cela délicieux !

A priori, nous ne remplacerons pas la viande par des insectes demain. Les cultures qui mangent des insectes continueront à le faire mais dans nos sociétés occidentales, le chemin est encore long. En revanche, c’est une alternative intéressante aux farines animales et au soja pour l’alimentation du bétail. La culture des insectes est certes coûteuse mais elle ne nécessite pas de grands espaces et génère peu de gaz à effet de serre. La dynamique est lancée, la recherche continue…

Commentaires

Très bon article, il est très difficile de ce dire que l'on remplacera un jour notre consommation de viande par des insectes, pour ma part je suis un peu septique !!

Écrit par : François | 07/06/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 

Renseignements : par téléphone au 05 24 57 65 20, ou par courriel | Mentions légales